Les Hauts de Riquets

Leur Histoire et philosophie :

Celle-ci débute en 1937 avec leur arrière-grand-père Pierre Elie BIREAUD, passionnément amoureux de son pays et de ses vins et à l’origine de  la création de l’Appellation Côtes de Duras, puis le flambeau est repris par Jean son fils.

A l’époque, la polyculture était d’usage dans les exploitations. Le lot et Garonne, « pays de cocagne » permettait les cultures de la vigne, des pruniers, du tabac, des légumes et bien sur l’élevage. Chaque parcelle avait son intelligente destination.

En 1985, Pierre BIREAUD s’installe sur la petite exploitation familiale, un peu de vieilles vignes sur Esclottes, quelques vergers et  céréales. En 1991, Marie jo le rejoint  et se rajoutent ainsi les vignes de Savignac. Puis le vignoble se restructure progressivement à la reconquête de nouveaux terroirs. La récolte est apportée en coopérative.  La gelée de 1991 les décide à mettre en œuvre un projet d’accueil : le sentier botanique dans le vignoble et le gite Bacchus voit le jour .

En 2003, première vinification au domaine avec l’objectif de travailler pour les  expressions de nos terroirs. Puis en 2006, débute la conversion vers l’agriculture biologique de la vigne sur 5ha.

En 2009, Ivan, le fils, décide de s’installer. L’agriculture biologique est généralisée à l’ensemble de la propriété (vigne et terres) et la transition vers la biodynamie se met en place ainsi que la revitalisation des sols, condition indispensable aux vins de terroirs. La vigne côtoie les prairies et les semis de blés, des moutons se sont installés dans quelques  parcelles, les mares retrouvent petit à petit leur fonction première.

En 2014, Léa, sa soeur, rejoint le domaine.  Une production de fraises de pleine terre est mise en place.

 

Leurs vins :

Amourette :

Ce 100 % Sauvignon issu de vigne de 20 à 25 ans est vinifié en macération pelliculaire de 12h et en levures indigènes. Cette cuvée est produite à 9 000 bouteilles.

A la dégustation, se révèle des arômes de fruits frais, d’agrumes accompagné par une bouche charnue, ample et longue.

Diablerie :

Assemblage de Cabernet Franc et de Merlot est issu d’une cuvaison courte et d’un écoulage rapide afin de conserver la pureté du
fruit sans trop de tanins. Cette « diablerie » est produite à 4000 bouteilles .

A la dégustation, tant au nez  qu’en bouche se distingue des arômes de fruits noir frais et croquant. La bouche est charnue et fruitée, juteuse et salivante.

Orchis :

Ce vin est issu de Sauvignon  vinifié avec une stabulation préfermentaire à froid, fermentation en levures indigènes, en barriques de plusieurs vins et un élevage sur lies fines pendant 12 mois. 

Cette pépite produite uniquement à 2000 bouteilles développe un nez complexe de fruits exotiques et d’agrumes.  La bouche est grasse et longue finissant sur de légers amers.

Le Mignon :

Une véritable infusion de Merlot, avec une extraction très délicate. Une belle attaque ronde et légère, et un fruit présent au nez se révèle immédiatement. On y retrouve des fruits mûrs et croquants. Belle équilibre tout en finesse. Un vin à grande buvabilité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *